Un Verger Face à la Mer

 

-J’ai reçu une lettre du noyé aujourd’hui –dis-je. Et ma mère, qui étendait le linge au soleil dans le verger de notre maison, me regarda sans enthousiasme comme si elle m’avertissait : « Tu ne devrais pas me faire ce genre de farces ». Ou : « Tu grandis trop vite ».

C’était un petit verger, avec une petite clôture en briques rouges, d’où on pouvait regarder la mer.

Ma mère continuait d’étendre le linge et regarder en l’air de temps en temps, comme si elle prenait soin de faire fuir ces nuages vers le nord-est pour éviter que le linge ne se mouille.

J’aurais souhaité lire cette lettre à ma mère, car elle parlait d’elle à un moment précis, ce qui lui aurait fait plaisir. Bien qu’elle fasse également référence à d’autres choses plus importantes que ma mère n’aurait pas comprises.

Le verger était enfin plein de linge et je tâchais, au moins, qu’elle regarde la lettre. J’avais la lettre entre mes doigts, mais elle prétendait l’ignorer et me faire comprendre par son manque d’enthousiasme qu’elle savait trop bien qui avait écrit cette lettre.

Who's Online

Nous avons 38 invités et aucun membre en ligne