La Nuit du Poupon

 

J’aurais voulu être assassin, travailler dans le cirque ou être soldat, et je ne suis, en revanche, qu’un grotesque poupon de chiffon : livide, chétif, dépourvu de toute beauté. Mes yeux hébétés et insipides sont trop ronds ; mes oreilles monstrueuses et molles me font honte ; mon nez camus possède deux orifices absurdes où les enfants mettront leurs petits doigts dès que je tomberai entre leurs mains. Ma large bouche, édentée, tombe en un rictus d’amertume ; mon visage est difforme, antipathique et blanc comme la lune ; mes petites jambes et mes bras pendent de mon tronc sans aucune grâce, avec leurs gros doigts si mal imités dont tous se moquent.

Personne ne me regarde. Personne  ne m’achète.

Who's Online

Nous avons 14 invités et aucun membre en ligne